Activités SOHRAM-CASRA en 26 juin 2018

informations concernant des activités qui ont été réalisé par SOHRAM-CASRA pour les « journées international de soutien aux victimes de la torture et de la guerre»  en juin 2018. Malgré la situation difficile grâce vos soutiens précieux, nous avons pu organiser des programmes comme un lieur d’espoir et encouragement pour la futur.

Nos activités en juin 2018 ont réalisées avec les activités ci-dessous.

Nous avons démarré notre campagne pour le 26 juin journée internationale contre la torture sous le slogan

« SOLIDAIRITÉ AUX RÉFUGIÉS SYRIENS, AUX VICTIMES DE LA GUERRE, AUX VICTIMES DU CONFLIT INTERNE et VICTIMES DE LA TORTURE »

Nous avons distribué cette année aussi la brochure aux participants concernant « Les règles juridiques de la détention en Turquie et les droits juridiques des détenus ».

Le matin le 25 juin 2018, des enfants ont envolé les cerfs-volants avec la partie inférieure du mur de la ville de Diyarbakir comme chaque année pour protester la torture, la guerre et toute sorte des violences. Des enfants qu’ont participé, ils ont écrit ses souhaits et laisser dans la rivière de Tigre. Il y en a 46 participants.

Le 26 Juin, notre service de psychothérapie (en raison la guerre en voisin pays Syrie et le conflit interne)  a organisé deux séminaire sous thème « LES ENFANTS ET LES FEMMES DANS DES CONDITIONS DE LA GUERRE ET DE LA MIGRATION» et « Les règles juridiques de la détention en Turquie, Les droits juridiques des détenus, Comment on peut se protéger contre la torture et de la violence.

Notre réunion a eu lieu dans notre salle du centre. Les réunions ont réalisé sous thèmes :

  1. « Les enfants et les femmes dans des conditions de la guerre et de la migration».
  2. Les règles juridiques de la détention en Turquie, Les droits juridiques des détenus, Comment on peut se protéger contre la torture et de la violence

Le 01 Juillet, Nous avons mis en place dans le cadre de nos activités, une sortie avec un pique-nique/Festival pour les victimes de la torture, victimes de la guerre réfugiés Syriennes, victimes de la conflit interne, leurs familles et les personnes qui ont participé au pique-nique/Festival  pour pendant un jour être en mesure d’oublier la torture, horreur de la guerre, souffrant d’être réfugié dans une situation dramatique et toutes sortes de la violence.

Programme de notre pique-nique/Festival était comme suivant ;

Représentation les différentes animations. Représentation musicale (Turc, Kurde, Arabe, Syriaque, Arménie, Turkmène et Laz.), Concours, jeux, Danse folklorique (Arabe, Kurde et Turc), Déjeuner gratuit. Discussions

Pique-nique annuel du SOHRAM-CASRA est réalisé avec environ plus de 1’800 participants. Des centaines victimes ont participé avec leurs familles.

Rapport Intermédiaire juin 2018

Tout d’abord je vous merci avec tout mon cœurs aux noms des gens souffrants des victimes de la torture, du conflit interne et des victimes de la guerre à notre région sud-est de la Turquie à Diyarbakir.

Grâce vos soutiens précieux, nous avons pu soutiens des milliers victimes de la torture, victimes de la guerre et victimes du conflit interne. Nos graines que nous avons cultivées depuis 18 ans ils ont implanté et ils sont devenus comme un espoir pour les victimes.

Je saisis l’occasion pour vous informer de ce que – grâce à votre soutien ! Nous avons pu aider dans la période du janvier à juin 2018, au moins à une partie des victimes de la torture, du conflit interne et des victimes de la guerre:

  • Continuer une assistance d’urgence aux réfugiés selon les besoins (on peut estimer, 1’500 personnes en 2018.). Distribution de 110 couvertures, 40 appareils de chauffage électrique, 15 matelas aux refuies.
  • 3’612 personnes ont pu bénéficier de notre boutique seconde main
  • 69 personnes ont reçu une aide juridique,
  • 318 bébé des refuies reçoivent une alimentation (4 litres du lait et farine de riz chaque semaine)
  • 362 familles reçoivent des aides alimentaires
  • 384 familles ont eu des aides de notre assistante sociale. Notre service sociale a trouvé 37 poste du travail pour des réfugiés et pour des personnes qu’ils sont contrat du travail est résilié.
  • 83 réfugies se sont inscrites à des cours de turc. La majorité d’eux parlent l’arabe, une langue qu`un très petit nombre de la population locale comprend. Ceux-ci facilitent les contacts avec l’entourage et la recherche de travail. 62 coursières reçoivent une aide pour leurs frais de transport.
  • Programme d’éducation pour les victimes de la torture, de la guerre et de la violence ; SOHRAM aide les enfants de familles démunies, victimes de la torture et de violences, ou réfugiées, victimes de la guerre, afin qu’ils puissent fréquenter l’école publique, puis accéder à une formation leur offrant une perspective d’avenir.46 enfants de réfugiés sont intégrés dans notre programme de scolarisation. Ils peuvent fréquenter l’école publique – C’est très important pour leur future ! – Actuellement 162 étudiants suivent notre programme éducatif, dont 46 Syriens. SOHRAM offre un soutien éducatif chaque année à 130 à 150 jeunes. Il s’agit de bourses pour payer le matériel scolaire, le transport et la nourriture, et de cours de rattrapage. La plupart de ces jeunes gens ont été victimes de la violence (Torture, guerre, conflit interne etc.) ou ont été témoins de violences contre leurs parents.

Les demandes d’admission doivent être présentées par des familles ou des organisations. Quelques-uns de nos élèves ont été emprisonnés, parfois torturés, puis relâchés après avoir été arrêtés dans des manifestations. Quelques mois après leur arrivée dans le centre, on constate déjà un changement d’attitude chez les enfants traumatisés.

Une vingtaine d’enseignants bénévoles donnent des cours complémentaires pendant le week-end. Des psychologues soignent, si nécessaire, les enfants venant de familles victimes de violence. Nous sommes ainsi en mesure de suivre leur évolution.

  • Le 26 Juin, Journée mondiale de l’ONU contre la torture, notre service de psychothérapie a organisé un séminaire sur le thème « LES ENFANTS ET LES FEMMES DANS LES SITUATIONS DE GUERRE ET DE MIGRATION». Le 25 juin 2018, des enfants ont envolé les cerfs-volants avec la partie inférieure du mur de la ville de Diyarbakir comme chaque année pour protester la torture, la guerre et toute sorte des violences. Des enfants qu’ont participé, ils ont écrit ses souhaits et laisser dans la rivière de Tigre. Le 26 juin, journée internationale contre la torture, (ou quelques jours avant) nous invitons à un grand repas dans un parc qui rassemble en général plus de mille participants.
  • Jusqu’en juin 2018, 116 victimes de tortures, de maltraitances et de la guerre nous ont demandé de l’aide et suivent des psychothérapies et des traitements médicaux et des médicaments. le but de ce notre programme est la réintégration des victimes de la torture, de la guerre, de la violence et de la migration forcée, ainsi que de leurs familles. Trois psychologues à temps partiel prennent en charge des psychothérapies. En raison de nos capacités limitées, nous visons à offrir nos services à 150 à 200 personnes par année.

Dans notre contexte géopolitique et ethnique, la violence constitue un vrai danger pour la santé physique et mentale. En Turquie, et particulièrement dans la région Sud-Est, la torture est toujours utilisée par la police et par les militaires pour interroger les suspects. Depuis 1979, il y a eu plusieurs périodes de terrible violence qui ont rendu nécessaires des centres comme le nôtre. Il n’y a pas d’autres institutions dans la région qui offrent des psychothérapies à toutes les victimes de violence. Certes, plusieurs organisations  financent des projets thérapeutiques pour les victimes de la torture commise par les autorités, mais il est très difficile de trouver un financement pour les victimes de violence familiale, d’incestes ou de violence à l’intérieur de groupes politiques. Ces pratiques-là ne sont pas connues du public. SOHRAM offre les services de ses psychologues aussi aux victimes de violence familiale, d’abus sexuels et aux victimes de la torture par des groupes politiques, ainsi que de la violence psychologique et physique consécutive à la migration forcée et à la misère économique.

La violence domestique est due pour une grande part aux mentalités culturelles et aux structures familiales traditionnelles qui peuvent être aussi cruelles que la torture. Nous essayons d’intégrer dans les mentalités l’idée que la violence quelle qu’elle soit est en contradiction avec les droits de l’homme et qu’il est nécessaire de lutter contre toutes ses formes. Ceci est loin d’être accepté et chaque année le nombre de victimes est très élevé. La plupart d’entre elles ne reçoivent aucun soutien, et leur état de santé tend à empirer, ce qui encourage encore plus l’usage de la violence.

Nous pratiquons la méthode de thérapie individuelle. En effet, nous avons constaté que les patients traumatisés par la torture ou qui ont subi la pression de leurs familles, sont réticents à prendre part à des thérapies de groupe. Les résultats obtenus par traitement individuel sont significativement meilleurs que par thérapie de groupe.

  • Pendant les week-ends, un repas de midi est préparé dans la cuisine du Centre pour les écoliers et les enseignants des cours complémentaires. Ce sont des mères volontaires qui cuisinent ces repas. Les patients qui suivent les traitements de psychothérapie dans notre Centre reçoivent également une restauration. Ainsi, sur l’année, environ 250 personnes bénéficient du service des repas de SOHRAM.
  • La boutique des vêtements et accessoires ménagers de seconde main, qui se trouve aussi dans notre Centre. Jusqu’en juin 2018, 5’524 personnes ont apporté des vêtements et autres objets courants usagés au total ce sont presque 28’500 objets divers qui ont été distribués et dont 10’436 ménages ont bénéficié.
  • Notre comité des réfugiés pour améliorer l’aide aux réfugiés a continué leurs activités avec grand efficacité. Le comité organise avec les réfugiés une réunion par mois. Observe et précise les besoin urgent et nécessaire pour les réfugiés.
  • SOHRAM est encore le seul centre qui donne ses services en arabe et en kurde à Diyarbakir.

Accueil des réfugiés ; Depuis l’automne 2013, SOHRAM s’efforce d’aider les réfugiés en obtenant pour eux de l’alimentation. Pendant Ramadan 2018, 117 familles réfugiés victimes de la guerre, victime de la torture et victime du conflit interne ont reçoit des aides alimentaires dans la mesure notre modeste budget et dans la mesure les dons spécial que nous avons reçu au ce sujet quelle nous permettre.

Notre programme pour les réfugiés contribue à créer pour l’avenir un contact durable entre SOHRAM et les réfugiés, pour le jour où jour ils rentreront en Syrie. Actuellement on estime qu’il y a 150’000 réfugiés à notre région Sud-est de la Turquie. La plupart a trouvé un refuge pour se protéger contre le froid et la chaleur. Plusieurs familles se partagent loyer et chambres.

En 2013, le nombre des réfugiés fuyant la guerre civile en Syrie a augmenté de façon impressionnante, en particulier des femmes et des enfants. Ils ont d’abord été hébergés dans des camps organisés par le Haut-Commissariat pour les Réfugiés et le gouvernement turc, mais peu à peu, les réfugiés se répandent dans toutes les villes de Turquie. Des centaines d’entre eux vivent dans les rues, sans abri, sans couvertures, sans argent pour se nourrir, parce qu’ils ont dû donner tout ce qu’ils possédaient – argent, bijoux, téléphones portables, etc. à la mafia qui les a amenés jusqu’en Turquie.

Cette guerre, menée par des fondamentalistes et par des fanatiques, nous montre combien le travail pour la paix est important au Moyen Orient. SOHRAM ne peut et ne veut pas fermer les yeux sur l’immense misère de ces réfugiés syriens. Nous leur offrons notre aide urgent dans toute la mesure des moyens de nos modestes activités, par notre boutique, par une aide juridique pour légaliser leur situation en Turquie, par des consultations pour trouver une solution à leurs difficultés, en leur offrant des psychothérapies.

Protéger et augmenter l’espoir et encourager pour retour dans leur pays. Avec soutien du SOHRAM nous organiserons des réunions à Sohram pour informer nos compatriotes. Pour protéger et augmenter l’espoir et encourager qu’un jour on pourrait retour dans leur pays.

Fournir des informations sur les dangers de l’immigration clandestine vers l’Europe. Tout chaque jour il y a des nouvelles que des dizaines ou des centaines réfugiés sont mort au méditerrané. On essayera d’expliquer les dangers de l’immigration clandestine vers l’Europe et que l’Europe n’est pas  une libération, est une autre forme de souffrance. La seule liberté sera dans leurs pays sans guerre. Créé une vision et mentalité sans violence.

Les plus malheureux sont les malades, les femmes enceintes, les bébés, les enfants, les vieillards et tous qui appartiennent à des minorités religieuses (chrétiens, yésidis, alévites …)  Malheureusement, comme partout, cette masse d’étrangers, sans argent et sans travail fait peur à la population locale. Rivalité et racisme augmentent. L’accueil chaleureux et cordial à Sohram a pour eux une grande importance. Nous leur disons aussi, que notre aide est possible parce que nos bons amis pensent à eux. C’est important que ces pauvres abandonnés sachent qu’ils ne sont pas oubliés du reste du monde et c’est important qu’ils peuvent rester près de leur pays et de leur culture, ne doivent pas fuir encore plus loin, vers l’Europe. Il leur reste une espérance pour une future dans leur patrie. Cette espérance nous tâchons de la nourrir et de la préparer par la scolarisation de leurs jeunes, par notre séminaire « Nous somme comme les autres. Les autres sont comme nous « en arabe et par l’exemple de Sohram, où nous tous vivons vraiment le respect et l’ouverture envers tous. Nous cherchons à leur faire connaitre la culture de la tolérance envers les autres religions et ethnies afin que haine et massacre ne se répète plus.

Comme vous le savez, puis la tentative coup d’état le 21 juillet 2016 état d’urgent est déclarée par le gouvernement. De partir de janvier 2018 jusqu’à fin juin 2018 environs 4’800 personnes ont pris en garde à vue et de cette personnes environ 2’900 personnes ont arrêté par le juge. Les contrats des travails d’environs 32’000 personnes ont résiliés. 9 fondations et 19 associations ont fermées. Tout chaque jour des dizaines personnes ont pris en garde à vue. Les activistes des droits de l’homme considèrent comme agent de l’étranger par l’autorité.

Comme la situation à cause du conflit interne entre le PKK et la force étatique et l’effet de la guerre en Syrie et en Iraq était déjà très difficile dans notre région, cette nouvelle situation encore aggraver très gravement nos conditions du travailler.  Parce que vraiment n’est pas facile d’assurer la continuité pour une organisation indépendante comme Sohram dans cette situation extraordinaire. Pour cette raison nous avons besoin fortement vos fidèle soutiens continue.

Perdre l’espoir de la paix en Turquie à la question Kurde: Des affrontements entre les combattants du PKK et les forces de sécurité de l’Etat sont intensifiés dans la région. La situation de la région (région majorité Kurde et Arabe Sud/est de la Turquie) montrer une situation du conflit interne. Dans dernière six mois dans le territoire de la Turquie environs 630 personnes (combattants du PKK-polices-civiles-soldats) ont perdu leurs vies. Il a été observé que de nombreux enfants de moins de 18 ans prendre part au conflit. La people ont été pris au piège dans le triangle La colère, la peur et le désespoir.

Activités interculturelles et interreligieuses ; Au début du 20e siècle, le Sud-Est de la Turquie a été le théâtre des massacres des Arméniens et d’autres communautés chrétiennes. Les souvenirs en sont encore vivants. Aujourd’hui certains groupes essaient de promouvoir la suprématie du droit islamique. Dans ce contexte, SOHRAM cherche à entretenir des contacts réguliers entre musulmans et communautés chrétiennes.

Chaque année, nous organisons des séminaires sous le titre: “Les autres sont comme nous – Nous sommes comme les autres”. Le but est de promouvoir la diversité et l’égalité des cultures et des religions. Nous des pour expliquons par exemple la signification des célébrations des différentes religions (Aid el Kébir, Noël, Pâques, etc.) et nous les célébrons ensemble. Nous continuons les séminaires réguliers sous le titre « LES AUTRES SONT COMME NOUS – NOUS SOMMES COMME LES AUTRES ». Les thèmes qui y sont traités sont : cours sur toutes les religions, ouverture aux différentes cultures et religions, promotion de la tolérance, du respect de l’autre et de l’égalité. Gratuits, ces séminaires sont ouverts à tous, jeunes ou adultes.

Ça fait 14 ans que Sohram a participé à la célébration du Noel et Pâques avec la communauté Syriaque, Chaldéens  et Arméniens. Depuis 2008, nous nous rendons également au monastère Dar’ul Zahfaran de Mardin où le métropolite, Mgr. Saliba Ozmen est devenu un ami de SOHRAM. Avec une délégation. Au cœur de ces rencontres, la promotion de la connaissance des autres religions et cultures et la recherche des traces historiques du dialogue entre islam et christianisme.

Cette année dans la cadre L’ouverture aux différentes cultures et religions, la promotion de la tolérance, du respect de l’autre et de l’égalité. La communauté Syriaque a encore invité M. Binbay pour l’IFTAR (repas du Ramadan). Cette invitation est réalisée la troisième fois. Je pense qu’elle deviendra comme une coutume de fleurs de nos activités de la tolérance, du respect de l’autre et de l’égalité.

Une assistante sociale à plein temps, assistée de plus d’une dizaine de bénévoles, suit les élèves et les patients, les aides à trouver du travail. Deux juristes bénévoles les assistent pour leurs problèmes juridiques et administratifs. Le travail de nos nombreuses personnes qui secondent l’assistante sociale ainsi que de plusieurs enseignants est fourni bénévolement.

Nous avons organisé une rencontre à la Centre du SOHRAM-CASRA pour des Mères Syriennes et leurs enfants, à la Centre du SOHRAM-CASRA le 13 mai 2018, au JOURNÉE DE LA MÈRE. Nous avons essayé de montrer notre solidarité aux Mères Syriennes des victimes de la guerre.

La célébration est au lieu avec dizaines participants. Mères et leurs enfants ont pu une occasion pour pendant un jour être en mesure d’oublier la souffrance de la guerre et les difficultés de d’être réfugié en autre pays !

Séances contre la l’abus et harcèlement sexuelle ; Dans la salle SOHRAM-CASRA, des séances informatives sont organisées sur le thème «Comment nous se protéger contre la l’abus et harcèlement sexuelle – Que pourras faire les victimes du harcèlement et de l’abus sexuelles», par Dr. Mme Eda Ak, notre psychologue Omer Ekinci et infirmière Aziz çiçek (Aziz çiçek est notre ancien élevé de notre programme d’éducation).

Sujets des sessions étaient:

  • Qu’est-ce que le harcèlement? Formes d’abus (physiques et psychologiques).
  • Qui est le harceleur? (Familier ou étranger)
  • Comment pouvons-nous être protégés contre le harcèlement?
  • Situations psychologiques causées par le harcèlement et méthodes de gestion de ces situations.
  • Que devrions-nous faire quand nous sommes victimes d’harcèlement et d’abus sexuel ?

Cours d’échecs ; Nous aimerons vous informer concernant nouvelle activité les cours d’échecs que nous avons commencés à Sohram-Casra sous responsabilité de Berhudan Bayram professeur de lettre, ancien élevé de notre programme d’éducation.

Les participants des cours sont les étudiants qu’ils bénéficient notre programme d’éducation (victime de la torture, réfugiés victime de la guerre, du conflit interne, discrimination religieux etc.) La priorité est pour nos élèves mais nos cours sont ouvertes aussi pour tous qu’ils voudront participer.  Actuellement nous avons 21 participants au cours.

Les défis de l’année 2018 ; Après les menaces racistes dans le contexte de l’humanité, le site www.sohram.com qui nous permet de communiquer avec vous, les victimes et les personnes qui besoin de nos services a été piraté par un pirate. Qu’il a pu pirater un site d’une organisation humanitaire qu’il travaille pour la victime de la torture, réfugies victimes de la guerre et la violence, qu’il soutient les enfants pour ses éducations, les bébés pour leur nourrisson et qu’il soutien par une boutique les gens qu’ils ont besoin une aide. etc.

Nous avons perdus toutes nos donnes et nous n’avons pas pu accéder long temps à notre serveur. Grâce le soutien de l’OMCT nous avons pu mettre en ligne notre site d’internet à service de la victime et à votre service et nous avons renforcé la sécurité du centre.

Les menaces racistes dans le contexte de l’humanité, de la haine et des crimes juridiques, qui visent personnellement à moi-même et les ethnies arabo-araméennes auxquelles j’appartiens, se sont continué par les écrivains racistes Ali Bilir, Batuhan çolak, ümit özdag, Metin Aydogan et Alaadin Yavuz. Malheureusement les initiatives juridiques que nous avons mises à l’égard de tribunal il a été refusé par le procureur. Le procureur a considéré les articles des écrivant raciste dans le cadre de la liberté de pensée.

Les personnes inconnus a mis une lettre de menace sur la porte de notre organisation qu’elle écrit « Les amoureuses des terroristes Les bâtards arméniens et assyriens, cessez de soutenir les terroristes et les  infidèles. Sinon tu trouveras la punition que tu mérites. »

Des gens inconnus diffuse des informations que notre centre est une centre qu’elle soutiens et offre des traitements aux terroristes et leurs familles.

Le but de SOHRAM à Diyarbakir est la réintégration des personnes déplacées et des victimes de la torture et de la violence, l’aide aux réfugiés et la promotion de relations harmonieuses entre les populations et les différentes religions dans le Sud-Est de la Turquie.

Les principes qui guident les activités de SOHRAM sont: une totale indépendance à l’égard de toute organisation politique, le refus de toute forme de violence, ainsi que la compréhension et la réconciliation entre les populations et les religions qui se sont combattues dans le passé.

Pour atteindre ses objectifs, SOHRAM travaille dans les domaines suivants :

–          Education pour les victimes de la torture, de la guerre, de la violence.

–          Psychothérapie pour les victimes de la torture, de la guerre, de la violence.

–          Aide médicale pour les victimes de la torture, de la guerre, de la violence.

–          Aide juridique pour les victimes de la torture, de la guerre, de la violence.

–          Aide sociale

–          Activités Multiculturelles, multi-religions

–          Dialogue interreligieux.

–          Aide urgence aux réfugiés de la guerre.

Ce n’est que par la combinaison d’une aide matérielle, psychologique, éducative, sociale, juridique et culturelle que les victimes peuvent être délivrées de l’enfer qu’elles ont subi sous la torture, par la guerre ou d’autres formes de violence. Ces différentes approches constituent des éléments inséparables d’un même effort de promotion de la paix.

Malgré le conflit qu’il a mis tout la région sous climat de la violence et les difficultés de la situation l’état urgence quelle a été déclaré par le gouvernement depuis le 21 juillet 2016, nous essayons d’assurer nos activités suivant comme nous avons prévue. Notre comité attentivement suivie la situation et analyser la nouvelle situation pour trouver une méthode pour assurer la continuité de nos activités. Notre comité s’attaché aux décisions suivant ;

  • En tout façon Sohram protègera leur principes fondamentaux régissent en permanence les activités du Centre: Rester indépendant de toute organisation politique et rejeter l’emploi de toute violence.
  • Notre comité s’attaché à sa décision que la continuité de sohram est le plus important afin que nous puissions aider les victimes. Pour assurer la continuité de nos activités qu’on restera en tout en légitimité et de faire attention strictement la loi lors que nos activités.
  • Nous savons que le gouvernement continuera de nous accusera que nous protégions les « terroristes » et leurs familles. Selon notre mission de notre but, Nous continuerons de soutien les victimes sans regarde leurs politique, leurs ethnies, leurs religion et leurs sexes.

Malgré la modeste moyen sohram jeux un rôle très important dans cette situation dramatique.  Grace vos soutiens, nous essayons d’assurer la continuité de nos activités et offrir une possibilité aux victimes de la situation actuelle comme une goutte d’espoir…!

Merci de tout cœur que vous nous donnez la possibilité de faire tout cela !!

Cordialement.

Yavuz Binbay

Président

SOHRAM-CASRA

Nouvelle d’Activité du SOHRAM-CASRA; Cours d’échec Pour des victimes

Chères Amies, Chers Amis,

J’aimerai vous informer concernant nouvelle activité les cours d’échecs que nous avons commencés à Sohram-Casra sous responsabilité de Berhudan Bayram professeur de lettre, ancien élevé de notre programme d’éducation.

Les participants des cours sont les étudiants qu’ils bénéficient notre programme d’éducation (victime de la torture, réfugiés victime de la guerre, du conflit interne, discrimination religieux etc.) La priorité est pour nos élèves mais nos cours sont ouvertes aussi pour tous qu’ils voudront participer.  Actuellement nous avons 21 participants au cours.

Je vous envoie quelques photos en annexe concernant les cours.

Avec Mes meilleures salutations.

AIDE SOCIALE AUX REFUGIES

Depuis l’automne 2013, SOHRAM s’efforce d’aider les réfugiés en obtenant pour eux de l’alimentation. Pendant Ramadan 2018, 117 familles réfugiés victimes de la guerre, victime de la torture et victime du conflit interne ont reçoit des aides alimentaires dans la mesure notre modeste budget et dans la mesure les dons spécial que nous avons reçu au ce sujet quelle nous permettre.

Notre programme pour les réfugiés contribue à créer pour l’avenir un contact durable entre SOHRAM et les réfugiés, pour le jour où jour ils rentreront en Syrie.

Nous avons besoin de votre aide pour continuer à les aider. Votre soutien sera une lueur d’espoir pour un bébé, un enfant ou une personne âgée et pour une victime de la torture, victime du conflit interne et de la violence.

 

Une rencontre à la Centre du SOHRAM-CASRA pour des Mères Syriennes et Mères victime de la Torture en journée de la Mères

Chère Amies, Chers Amis,

nous aimerons vous informer concernant notre célébration Une rencontre à la Centre du SOHRAM-CASRA pour des Mères Syriennes victime de la gurre, Mères victimes de la Torture et leurs enfants, à la Centre du SOHRAM-CASRA le 13 mai 2018, au JOURNÉE DE LA MÈRE.

Nous avons essayé de montrer notre solidarité aux Mères Syriennes des victimes de la guerre et Mères victime de la torture.

La célébration est au lieu avec dizaines participants. Mères et leurs enfants ont pu une occasion pour pendant un jour être en mesure d’oublier la souffrance de la guerre et les difficultés de d’être réfugié en autre pays !

Notre programme est comme suivant ;

Représentation et différentes animations

Représentation musicale (Turcs, Kurdes, Arabes, Syriaque, Arménie)

Déjeuner

Discussions

Voici quelques photos concernant la célébration.

Cordialement

 

Séances informatives Abus sexuelle

Dans la salle SOHRAM-CASRA, des séances informatives sont organisées sur le thème «Comment nous se protéger contre la l’abus et harcèlement sexuelle – Que pourras faire les victimes du harcèlement et de l’abus sexuelles», par Dr. Mme Eda Ak, notre psychologue Omer Ekinci et infirmière Aziz çiçek (Aziz çiçek est notre ancien élevé de notre programme d’éducation).

 

Sujets des sessions étaient:

  1. Qu’est-ce que le harcèlement? Formes d’abus (physiques et psychologiques).
  2. Qui est le harceleur? (Familier ou étranger)
  3. Comment pouvons-nous être protégés contre le harcèlement?
  4. Situations psychologiques causées par le harcèlement et méthodes de gestion de ces situations.
  5. Que devrions-nous faire quand nous sommes victimes d’harcèlement et d’abus sexuel ?

Continue reading “Séances informatives Abus sexuelle”

Programme 26 juin 2018

Le programme des  activités de SOHRAM-CASRA  pour le « journée international de soutien aux victimes de la torture » 2018.

Les activités de 26 juin cette année seront réalisées avec les activités ci-dessous. En raison les difficultés de situation actuel, de la guerre et du conflit interne aggraver notre slogan pour cette année aussi sera encore ;

SOLIDAIRITÉ AUX VICTEME DE LA TORTURE, RÉFUGIÉS AUX VICTIMES DE LA GUERRE et AUX VICTIMES du Conflit interne

Le matin le 25 Juin,  les enfants vont faire s’envoler les cerfs-volants avec la partie inférieure du mur d’une forte Diyarbakir comme chaque année pour protester la torture, la guerre et toute sorte des violences.

L’après-midi du 25 Juin Sohram-Casra organisera une réunion d’information dans la salle de notre centre, sur le but et l’importance de la journée contre la torture. La réunion sera  ouverte pour le public. Nous distribuerons la brochure aux participants concernant  « Les règles juridiques de la détention en Turquie et les droits juridiques des détenus ».

Le 26 Juin (la Journée de l’ONU Organisation mondiale contre la torture), notre service de psychothérapie (en raison la guerre en voisin pays Syrie) organisera une réunion sous thème « LES ENFANTS ET LES FEMMES DANS DES CONDITIONS  DE LA GUERRE ET DE LA MIGRATION». Notre réunion aura eu lieu dans notre salle du centre. Les réunions seront sous thèmes :

  1. « Les enfants et les femmes dans des conditions  de la guerre et de la migration».
  2. Les règles juridiques de la détention en Turquie, Les droits juridiques des détenus, Comment on peut se protéger contre la torture et de la violence

Nos réunions auront eu lieu dans notre salle du centre, nos réunions seront ouvertes au public.

En raison de l’élection national (le 24 juin) cette année nous organiseront notre pique-nique habituelle le 01 juillet pour les victimes de la torture et de la guerre (réfugiés Syriennes), les familles et les personnes qui participeront au pique-nique,  pendant un jour être en mesure d’oublier la torture, la guerre et toutes sortes de la violence.

Le programme de pique-nique:

Représentation les différentes animations.

Représentation musicale (Turc, Kurde, Arabe, Syriaque, Arménie, Turkmène et Laz.)

Concours, jeux

Danse folklorique (Kurde, Turc et Arabe)

Déjeuner

Discussions

Lettre Yavuz Binbay à Pape Benoit XVII pour Noël et Réponse du Vatican

          

SOHRAM-DER

Centre Action Sociale Réhabilitation et Réadaptation pour les Victimes de la Torture et de la violence

Kurt İsmail pasa 2. sokak Demiray apartmani kat: 3         21100-Ofis /Diyarbakir/Turquie

Tel: 00 90 412 224 44 77

Email : sohram@hotmail.com  – Web-site: www.sohram.com

 

 

Benoit XVI                                                                                                          Palais de la Maison Pontificale
Cité du Vatican

 

akir/Turkey, The 09 December 2011

His Excellency the Holy Father,

The religions, that are graced by the Creater of the Universe through the prophets, have an vital importance in terms of putting forward mutual points and strenghtening the union of people instead of a manner that putting forward the differences which seems like separating and act in a hostile way in this period of time that the religions became the means of separation and split, even hostility instead of their main target, to be a union.

As His Excellency the Holy Father knows, in all the religions that constructed with the messages of the God’s prophets, the union is commanded. I would like to request a humbly favour from His Excelleny the Holy Father, as the most effective leader of Christianity religion which is constructed in the light of these messages. I would like to request His Excelleny to make a call to Muslims and Christians for a joint celebration in mosques and churches, as a mean of the union, with the pray and contemplation of Muslims with the Ali Imran and Meryem suras in mosques and again with the pray and contemplation of Christians in churches in forthcoming Noel, which symbolize the birth week of Prophet Jesus whose prophecy and messiah is approved in both the Holy Bible and the Holy Qoran.

His Excellency the Holy Father is the only leader that can make this call to Christian community. I am convinced that the Holy Father can be the architect of an important step in providing the unity and the peace of the world by making this call which can bring billions of believers, Muslims and Christians together for a week or maybe for an era.

I would like to stress that I am ready to submit my humble works that I have realized until today.

Sincerely Yours,

                                                                                                                      Mim Yavuz BINBAY

                                                                                                                          SOHRAM-DER

                                                                                                                         General President

 

 

APOSTOLIC NUNCIATURE

IN TURKEY

Ankara, 10 of February 2012

 

Dear Mr. Mim Yavuz Binbay,

We are sorry for the late acknowledgement of receipt of the letter you sent on 9 December 2011 to pope Benedict XVI.

We deppy thank you and congratulate you for the good will and sensibility you expressed in favour of the commitment for pacific coexistence, tolerance and dialogue among religions in general and with Islam in particular.

This is the strong belief and permenant work of the Pope and the Holy see as demonstrated by ; 1) the activity of the Pontifical council for Interreligious Dialogue that exists in Vatican; 2) the message that the same Pontifical Council annually sends, on behalf of the Pope, to the Muslim brothers in occasion of the end of Ramadan; 3) the visite that Pope Benedict XVI paid in December 2006 to the Sultan Ahmet Mosque where He also wanted to pray; 4) “last but not least” the meeting of all Religious Leaders of the world promoted by Benedict XVI the last october in the Italian city of Assisi.

We truly wish that in Turkey, as in the entire world, the men and women who believe, or at least are of good will, who share your position and vision of a world society  withhout any religious discrimination are going to increase for the sake of peace and the dignity of the human being.

Best regards

Vatican Embassy

 

 

NONCIATURE APOSTOLIQUE

EN TURQUIE

Ankara, le 10 février 2012

Monsieur Mim Binbay Yavuz,

Nous sommes désolés pour la reconnaissance tardive de réception de la lettre que vous avez envoyé le 9 Décembre 2011 au pape Benoît XVI.

Nous vous en remercions vivement et vous féliciter pour la bonne volonté et la sensibilité que vous avez exprimé en faveur de l’engagement pour la coexistence pacifique, la tolérance et le dialogue entre les religions en général et avec l’islam en particulier.

Telle est la conviction forte et le travail bas hors du Pape et le Saint-Siège comme l’a démontré par: 1) l’activité du conseil pontifical pour le Dialogue inter-religieux qui existe au Vatican; 2) le message que le Conseil pontifical envoie chaque année, au nom de le pape, les frères musulmans à l’occasion de la fin du Ramadan; 3) de la visite que le pape Benoît XVI payé en Décembre 2006 à la Mosquée du Sultan Ahmet où il a également voulu prier; 4) “last but not least” de la réunion du tous les chefs religieux du monde promue par Benoît XVI le mois d’octobre dernier dans la ville italienne d’Assise.

Nous voulons vraiment que dans la Turquie, comme dans le monde entier, les hommes et les femmes qui croient, ou du moins sont de bonne volonté, qui partagent votre position et la vision d’une société mondiale sans aucune discrimination religieuse vont augmenter pour des raisons de la paix et la dignité de l’être humain.

Cordialement

Ambassade du Vatican